Recherche

Les ateliers d'écriture et de lecture au primaire

Inspiré de la démarche des Units of Study du TCRWP

Tag

correction

Après six semaines, il est temps de s’y pencher sérieusement!

Un texte d’Isabelle Robert

Septembre, on ne le voit jamais passer. Faire connaissance, installer les routines et bâtir les fondations sur lesquelles se déposeront nos habitudes, nos façons de faire, notre travail acharné, nos expériences, nos moments de joie, nos doutes et tout ce qu’on sera en tant que communauté font que les journées s’enchainent et défilent à toute vitesse.

Octobre, on se dépose un peu. Toutefois, dans ma classe de première année, c’est le moment de se pencher sérieusement sur un élément clé du travail d’écriture : la capacité de se relire pour réviser.

Le timing est parfait. Depuis maintenant six semaines, les élèves écrivent tous les jours. Ils identifient plus facilement les sons (phonèmes) des mots qu’ils veulent écrire et ils parviennent à y faire correspondre de plus en plus de lettres (graphèmes). Ils connaissent l’orthographe lexicale de plusieurs mots fréquents et ils pensent davantage à les utiliser dans leurs phrases. Le tracé des lettres est plus facile et des espaces se glissent entre les mots. Alors oui! Amener les élèves à se relire et en créer une habitude devient prioritaire. Une habitude essentielle à la révision. Après six semaines, il est temps de s’y pencher sérieusement.

Pour y parvenir, nous avons tout d’abord abordé différentes stratégies qui rendent nos textes faciles à lire. Un tableau d’ancrage est en place dans la classe pour nous permettre de nous y référer régulièrement. Aussi, on prend le temps d’étudier le travail de certains élèves pour voir ce qui rend leur texte facile à lire. C’est essentiel que les élèves voient ce à quoi ça ressemble, un texte facile à lire.

Pour les élèves qui n’arrivent pas à se relire, de l’enseignement en petit groupe s’organise autour d’objectifs divers, selon le besoin prioritaire de chacun: utiliser les mots du mur (les mots d’usage fréquent étudiés en classe), étirer les mots pour écrire plus de lettres, écrire les mots partie par partie, relire chaque mot en faisant glisser son doigt sous chaque lettre… L’écriture guidée est aussi une belle façon d’accompagner les élèves dans l’écriture de mots et de phrases.

Tant pour l’ensemble de la classe que pour le travail en petit groupe, l’écriture interactive est le dispositif idéal pour l’apprentissage des différentes étapes du processus d’écriture et pour le travail spécifique concernant l’écriture des mots et la relecture.  En écrivant ensemble de courts textes, on invite les élèves à mettre en pratique des stratégies apprises, on les guide sur divers éléments de la langue, on fournit un modèle où l’on orchestre plusieurs stratégies. L’écriture interactive est vraiment très efficace pour montrer ce à quoi ressemble une idée qu’on met sur papier. Les élèves gagnent à être régulièrement exposés à ce modèle. Non seulement ils ont besoin de voir, mais ils ont également besoin d’entendre les réflexions qui conduisent vers l’écriture et comment on relit d’une façon attentive pour vérifier que tout soit correct.  

Se relire ouvre donc la porte à la révision. Il est essentiel que les élèves comprennent qu’à cette étape, des traces apparaitront dans leurs textes. Des traces très importantes. Des tentatives de réparation, des marques de vérification et des ratures de toutes sortes… car lorsqu’on ne parvient pas se relire, il peut être utile de reprendre une partie du travail plutôt que de perdre du temps à se souvenir de ce qu’on voulait écrire. Ces traces de révision peuvent parfois être déstabilisantes pour certains élèves jusqu’à ce qu’ils comprennent qu’elles ajoutent de la valeur à leur texte. Elles signifient qu’ils deviennent des auteurs responsables de leur travail d’écriture. Il est à noter qu’il sera nécessaire d’enseigner aux élèves comment faire des ratures propres pour s’assurer que la page révisée demeure lisible.

Pourquoi travailler la révision si tôt dans l’année? Parce que c’est une habitude à créer le plus rapidement possible. Je veux former des auteurs responsables, des auteurs qui revoient ce qu’ils écrivent, qui se posent des questions, qui réfléchissent à ce qu’ils écrivent et qui ajustent comment ils l’écrivent. Je veux que les gens qui entrent dans la classe voient des élèves pour qui réviser fait partie des habitudes d’écriture.

Célébrons la révision! C’est un travail important à valoriser. Les élèves doivent comprendre la valeur qu’on accorde à cette étape du processus. Célébrons nos auteurs responsables qui utilisent tout ce qu’ils ont appris de l’écriture, et ce, en seulement six semaines de première année!

Extraits des livres des élèves

Pour en finir avec l’orthographe

Un article de Martine Arpin

Changer ses pratiques pour enseigner l’écriture demande beaucoup de travail et d’énergie. L’atelier d’écriture répond à un besoin parce qu’il permet enfin de mieux comprendre, organiser et planifier plusieurs aspects de l’enseignement de l’écriture. Quand on s’investit complètement dans ces changements, on découvre des forces et des talents insoupçonnés, autant pour les enfants que comme pédagogue! Mais on devient aussi conscient de nos lacunes! On découvre qu’un changement de pratique mène à un autre, puis un autre… Finalement, on se retrouve avec plus de questions que de réponses, et même si c’est parfois épuisant, la motivation et la compétence des élèves, et la conviction profonde que nous sommes une infime partie importante d’une vision à long terme de l’éducation, mènent au constat qu’il serait impossible de retourner en arrière.

Lire la suite

Quand vient le temps de publier…

Un article d’Isabelle Robert

 

Souvent, nous avons des questions au sujet de la publication. « Est-ce que je dois passer après l’élève pour corriger les fautes qui restent? Est-ce que les élèves doivent réécrire au propre? Est-ce que je peux exposer des textes qui ne sont pas parfaits? Est-ce que je peux écrire les textes à l’ordinateur? Est-ce que les élèves peuvent les écrire à l’ordinateur? … » Pas toujours facile d’y répondre… Il y a certainement plusieurs éléments à considérer.

Tout d’abord, réfléchissons à cette étape du processus : la publication. Publier un texte veut dire le rendre public. Ici, la plupart du temps, l’attention sera portée sur un texte en particulier. La publication est considérée comme l’étape finale du texte (quoique des textes sont parfois réédités!).

Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑