Recherche

Les ateliers d'écriture et de lecture au primaire

Inspiré de la démarche des Units of Study du TCRWP

Catégorie

Capsules-info

Prévoir les problèmes en écriture ou Comment répondre à l’inévitable: « Je n’ai pas d’idééée! »

Un article de Martine Arpin

Lucy Calkins affirme ceci :  «  La seule chose dont on peut être certain lors d’un atelier d’écriture, c’est qu’il y aura des problèmes » .

En effet, nous travaillons avec de jeunes enfants. Même en sixième année ils sont, après tout, de jeunes enfants. Lors des ateliers d’écriture, nous leur demandons d’être autonomes et responsables de leur apprentissage. Nous leur demandons un travail cognitif et émotionnel exigeant. Nos élèves sont en apprentissage, il est donc tout à fait normal que certaines interventions soient nécessaires pour les soutenir.

L’un des problèmes qui surviendra assurément dans toutes les classes, qui survient chaque année dans la mienne en tout cas, c’est le manque d’idées. Même si au début d’un module on enseigne certaines stratégies pour trouver des idées, il y aura quand même toujours des élèves qui n’en ont pas (ou qui pensent qu’ils n’en ont pas…). 

Voici quelques trucs pour générer des idées en groupe, en petit groupe ou lors d’entretiens individuels :

  1. S’assurer que les stratégies que nous enseignons soient transférables :  Notre premier réflexe pourrait être de donner des idées à l’enfant qui n’en a pas. C’est possible de le faire, il sera engagé plus rapidement dans l’écriture, mais le problème reviendra assurément au prochain texte, puis aux suivants… Quand nos interventions sont assez spécifiques pour soutenir l’éclosion d’idées mais assez générales pour que la stratégie puisse s’appliquer à différents textes, et, encore mieux, à différents genres littéraires, alors on s’assure que notre enseignement soit transférable.

Voici trois façons intéressantes de générer des idées avec les élèves de façon transférable. Ils peuvent ensuite placer leurs dessins dans le dossier d’écriture pour consultation future :

Pense à…

On peut aussi aller plus loin dans le « Pense à… », tel que le suggère l’autrice et illustratrice Marianne Dubuc: « Ma façon de débloquer, des fois, c’est de penser à un événement, un moment où j’ai ressenti une émotion TRÈS forte. Les idées viennent plus vite. » Je m’imagine facilement la portée de nos paroles lorsqu’on cite des auteurs que les élèves lisent et admirent. Les rencontres d’auteurs avec les élèves sont d’ailleurs une excellente façon de rendre concret le processus d’écriture et de donner du poids aux stratégies enseignées. « Si Marianne Dubuc le fait… » 😉

Rayon X: « Moi! »

Faire une carte

2. Favoriser les idées personnelles qui célèbrent l’identité

L’écriture est un excellent véhicule pour exprimer et affirmer son identité. Quand on veut générer des idées, on peut donc inviter les élèves à célébrer leur identité et à l’utiliser dans leur écriture. Quand nous faisons une démonstration, on doit porter une attention spéciale aux idées que nous présentons. Comme on demande à nos élèves de le faire, nous devons être plus braves dans nos textes:  ne pas se présenter toujours sous notre meilleur jour! Nous ne sommes pas toujours joyeuse, ou parfaite. Utilisons nous-mêmes nos identités pour trouver des idées.

3. Générer plusieurs idées à la fois puis choisir.

Générer des idées est difficile! Plus les élèves sont jeunes, plus la quantité de texte qu’ils écrivent est grande. C’est important, parce qu’il passent souvent à travers le processus d’écriture pour l’intégrer, alors ils ont besoin de beaucoup d’idées! Aussi, générer plusieurs idées à la fois permet d’être mieux préparé à écrire. Cela permet aussi de devenir intentionnel dans ses choix d’écriture. Ils deviendront des auteurs qui choisissent leurs sujet dans un ordre déterminé, au lieu d’être des auteurs qui ne font que prendre la première idée et essayer d’écrire à ce sujet. Comment?

  • Faire un jeu.

On peut cacher les stratégies enseignées sous des post-it numérotés. Un élève nomme un chiffre, puis donne une idée selon la stratégie qui s’y cache. Les autres élèves notent leurs propres idées, ou la partagent avec leur partenaire oralement.

  •  Des livres en banque!

On pourrait demander aux élèves de préparer cinq pages couvertures. De cette façon, les idées sont déjà là pour plusieurs textes. (J’essaierai cette stratégie au début du module des Petits moments cette année!)

4. Semer de petites graines

Dans Les histoires de Raffi (Abby Hanlon, éditions d’Eux), l’enseignante répète : «  Les histoires sont partout! ». C’est vrai qu’on l’affirme souvent, lors des ateliers d’écriture. Mais il ne suffit pas de l’affirmer. Il faut aussi prendre le temps de montrer aux élèves que c’est vrai, tout au long de la journée, de la semaine. Porter à leur attention les petits moments qui surviennent et qui feraient de bonnes histoires, qui peuvent devenir un sujet d’écriture :  une compote renversée, un conflit à la récréation, gagner (ou perdre…) à un jeu de cartes, l’abeille autour de nous à la récréation, manquer son autobus, prendre l’autobus pour la première fois… Cela leur permet de vivre comme des auteurs, qui puisent des idées dans les petits événements du quotidien, dans leur vie et celles qui les entourent.

Peu importe le problème, quand on sait que ce sera un problème, alors mieux vaut s’y préparer puisque nous savons que nous devrons intervenir. Que ce soit pour soutenir les élèves qui ne savent pas encore trouver des idées d’écriture, ou pour tout autous serons ainsi plus efficace dans nos interventions et pour les rétroactions aux élèves lors des entretiens ou de l’enseignement en petit groupe. Discuter avec des collègues des problèmes qui surviennent lors des ateliers d’écriture et se préparer ensemble à y faire face de différentes façons en partageant nos expériences est assurément un bon moyen de trouver des solutions…

Quels autres problèmes risquent de survenir lors de vos ateliers d’écriture cette année? Comment pouvez-vous vous y préparer?  Avec qui?

Idées inspirées d’un atelier avec Sara Berg, TCRWP, mars 2021.

L’atelier d’écriture, l’atelier de lecture et les 5 au quotidien

Plusieurs se demandent s’il est possible de d’intégrer les ateliers d’écriture et/ou de lecture à leur fonctionnement avec les 5 au  quotidien. Voici une opinion sur le sujet. On ne détient pas la vérité vraie, il n’y a jamais, dans la vie, de réponse unique, mais comme on nous le demande souvent, la voici…

Lire la suite

Je me lance… Par quoi commencer?

IMG_2307

Un article de Martine Arpin et Isabelle Robert

Je me lance… Par quoi commencer?!?!?!!!!!!

Tout d’abord, il n’y a pas de réponse unique à cette question. C’est du cas par cas. Niveau, milieu, expériences précédentes des élèves en écriture … Tout peut changer la réponse à cette question.

L’important, c’est qu’il faut se faire confiance, faire confiance aux élèves… et se lancer!

Lire la suite

Le matériel (outils de travail) essentiel ou utile pour l’atelier d’écriture

Beaucoup d’enseignantes se demandent quel matériel se procurer pour les élèves et pour elles-mêmes pour travailler en atelier d’écriture. Dans la section Matériel et organisation de ce blogue, il y a différents articles qui en donnent des exemples et qui expliquent leur utilité ou leur raison d’être. En travaillant avec les modules de l’atelier d’écriture, on apprend ce qui est important et on peut faire ses choix. Avec le guide L’atelier d’écriture, Fondements et pratiques (Chenelière, 2017), on peut aussi s’y retrouver. Mais voilà. La question revient souvent, et voici une liste, assurément incomplète…

Le matériel essentiel ou utile pour l’atelier d’écriture Lire la suite

Capsule-info: Le croquis

imageDans l’atelier d’écriture, le croquis sert avant tout à planifier. Dès le préscolaire, on invite les élèves à penser à une idée puis à l’illustrer sur chacune des pages avant d’écrire. Lire la suite

Capsule-info: Le stylo

Lors de l’atelier d’écriture, on privilégie l’utilisation du stylo, et ce, à partir de la maternelle. Cela implique qu’on valorise l’application, qu’on enseigne les ratures, etc. Mais cela permet en même temps d’obtenir et de garder des informations importantes et d’une richesse inestimable pour notre enseignement, auxquelles on n’aurait pas accès autrement, notamment sur le volume d’écriture. MA IR Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑