Recherche

Les ateliers d'écriture et de lecture au primaire

Inspiré de la démarche des Units of Study du TCRWP

Catégorie

Genres littéraires

L’amour à travers les yeux de Matt de la Peña

Un article de Martine Arpin

En lecture, nous travaillons avec les élèves les stratégies de compréhension du langage littéraire. Plus les lecteurs évoluent, plus les livres qu’ils lisent sont étoffés, moins les éléments sont explicites et plus le langage utilisé peut amener des confusions. Les élèves sont capables de décoder les mots qu’ils lisent, mais peuvent avoir de la difficulté à en comprendre le sens. Dans les textes narratifs, nous enseignons aux élèves à porter attention à la façon dont l’auteur s’amuse à jouer avec les mots de façon inventive, à s’arrêter, remarquer et comprendre son intention. Nous les encourageons à relire, visualiser le sens en jouant la scène, discuter avec un partenaire. Nous leur enseignons à comprendre les comparaisons en réfléchissant au texte, à l’ambiance créée et à l’intention de l’auteur, à remarquer quand un mot est utilisé dans un autre sens que celui pour lequel nous avons l’habitude de l’utiliser, par exemple dans les expressions et les métaphores.

Nous pouvons aussi enseigner aux élèves à lire ce genre de textes comme des auteurs. Ils peuvent penser aux différentes stratégies apprises en écriture et remarquer leur présence dans les livres qu’ils lisent. À l’inverse, ils peuvent aussi s’inspirer des différentes façons dont les auteurs utilisent le langage littéraire pour tenter de le faire eux aussi dans leurs textes, en essayant de nommer ce que l’auteur fait et son intention. Par exemple, on pourrait s’attarder aux comparaisons pour montrer une émotion, à la répétition pour marquer une action importante, aux allitérations pour donner de la musicalité, au choix des expressions pour montrer le temps qui passe… Cet aller-retour entre leurs lectures et leur travail d’auteur contribue au transfert des apprentissages et permet d’approfondir la compréhension du langage littéraire, une habileté dont ils auront de plus en plus besoin en grandissant comme lecteurs.

Les élèves sont invités à s’exercer souvent, dans leurs lectures et dans leurs écritures personnelles, lors des ateliers de lecture et d’écriture.

Parfois, certains sujets ou éléments se prêtent bien, aussi, à une mise en contexte commune. Dans le cadre de la St-Valentin (mais ça aurait pu aussi être dans une étude sur la poésie, à la fête des mères ou des pères, dans une thématique d’amitié…), suite à la lecture de l’album Amour (Matt de la Peña, D’eux), nous avons réalisé une écriture partagée. Nous avons lu l’album une première fois, pour le découvrir, pour s’imprégner de sa beauté. Puis, nous l’avons relu avec une intention précise: porter attention à la façon dont cet auteur utilise le langage littéraire. Nous avons discuté en groupe des différentes façons dont l’auteur a montré l’amour, sans jamais utiliser les mots j’aime ou je t’aime. Nous avons observé qu’il a plutôt décidé de montrer différentes situations où l’on peut ressentir l’amour, d’illustrer différents moments où l’amour est présent, en utilisant un vocabulaire précis, évocateur et imagé. Nous avons porté attention à son utilisation du langage littéraire (comparaisons, personnification, expressions, utilisation inventive des verbes…). Nous avons pensé à ces situations et ces moments de leurs vies où ils ressentent l’amour de leurs parents. À partir des cinq sens, les élèves ont trouvé différentes façons de montrer cette émotion. Ensuite, chacun a choisi les phrases qu’il voulait écrire pour sa famille.

Un beau message d’amour loin des « Tu es belle comme une fleur. Je t’aime grand comme le ciel… » et compagnie (des messages tout simples qui font autant plaisir au cœur de maman, évidemment). L’avantage, c’est qu’en réinvestissant directement les notions travaillées en lecture et en écriture dans un contexte collectif d’écriture partagée liée à un événement à souligner plutôt que de faire une activité « à part » pour cet événement, nous favorisons le transfert en donnant une autre occasion aux élèves de s’exercer à l’oral et à l’écrit, et nous leur offrons un étayage supplémentaire pour mieux comprendre l’enseignement afin qu’ils puissent ensuite l’utiliser de façon autonome.

Stratégies tirées de: Units of Study for Teaching Reading, Bigger Books Mean Aming Up Reading Power, Heinemann.

Amour, Matt de la Peña, Éditions D’eux, Sherbrooke, 2019

Immersion avant de commencer un module d’écriture

Un article de Marjorie Kuenzi

Vous est-il déjà arrivé d’avoir l’impression de demander à vos élèves de sauter du plongeoir de dix mètres alors qu’ils viennent juste d’apprendre à nager ?

Cela a régulièrement été mon cas quand je demandais aux élèves de produire un texte sur demande au début de chaque module d’écriture sans leur avoir encore enseigné quelque chose. En temps normal, j’essaie d’étayer au mieux et de proposer une progression, mais dans ce cas-là, j’avais l’impression de sauter une étape et de mettre certains élèves dans une position difficile et d’augmenter leur angoisse face à une tâche inconnue. De plus, durant la production de ce texte initial, je ne leur fournissais pas d’aide car cela devait refléter leur travail individuel sans aide extérieure, afin de pouvoir observer ce qu’ils savaient déjà faire et ce que je pourrais leur enseigner… Lire la suite

Les textes d’opinion

Un article de Martine Arpin

Il y a quelques semaines, des milliers d’étudiants s’unissaient dans les rues de Washington suite à la tuerie de Parkland en Floride. On a pu constater le désir et l’importance de se rassembler et de s’exprimer pour changer les choses. Entendre ces jeunes si articulés prendre la parole pour s’adresser aux dirigeants était touchant et impressionnant. Je débutais alors le module des textes d’opinion dans ma classe de première année et comprenait tout à coup l’importance de ce que j’enseignais aux élèves. Lire la suite

Pourquoi écrire des histoires vraies?

Un article d’Amélie Beaudoin

Au début de chaque année, les ateliers d’écriture vous proposent un module où le vécu de chaque élève est au cœur de son écriture : ses petits moments, ses histoires vraies. Alors que pour certains, les idées affluent à vitesse grand V, d’autres auteurs ont plus de difficulté à partir d’eux pour écrire leurs histoires. Certains élèves souhaitent inventer des histoires et des enseignants se demandent quoi faire.

Lire la suite

Les auteurs de textes informatifs et les livres

img_4848

Un article d’Isabelle Robert

En janvier, j’aime bien commencer l’enseignement de textes informatifs et réorganiser le coin lecture pour soutenir mes leçons. Je planifie en même temps mon enseignement de la lecture et de l’écriture. Je tente de submerger mes élèves dans un univers qui les inspirera, mais aussi qui démontrera le travail des auteurs de documentaires. Lire la suite

Lyam en trois temps: évolution d’un scripteur débutant

Un article d’Isabelle Robert

J’ai toujours hâte en septembre de voir le point de départ de mes élèves en écriture. Parfois certains ont déjà des connaissances sur les lettres, sur les sons qu’elles font, sur la correspondance entre les sons qu’on entend et les lettres qu’on écrit sur la feuille. Il y a peut-être même des indices qui nous montrent un début de conscience du mot. Lire la suite

Rocket, Alexis et le processus d’écriture

Un article de Martine Arpin

image

L’atelier d’écriture, c’est enseigner aux auteurs ce que font les auteurs, et comment ils le font. Les livres modèles, ces livres que l’on aime et qu’on choisit avec soin en pensant aux leçons qui s’en viennent, sont donc indispensables pour montrer aux élèves l’authenticité de ce qu’on leur enseigne, et pour démontrer de façon explicite le processus, les stratégies et les procédés littéraires à enseigner. Et quand un livre nous permet d’aborder plusieurs leçons, nous gagnons en efficacité car les enfants le connaissent tellement bien qu’ils font des liens plus facilement. Et, on le sait, les enfants adorent se faire lire et relire les histoires qu’ils aiment et s’attachent aux personnage qu’on leur présentent… Lire la suite

Textes modèles pour l’enseignement des textes narratifs

Voici des suggestions pour les unités des textes narratifs pour différents niveaux. Évidemment, ce sont des suggestions… Il y en a d’autres… Lire la suite

Quand l’atelier d’écriture franchit les murs de la classe

Un article d’Amélie Beaudoin

Les livres font partie intégrante de la vie de mes élèves et ce, depuis le tout premier jour de classe.  Seul, en dyades, en petits groupes ou tous ensemble, on aime les regarder, les survoler, les lire et en parler.  Cela allait donc de soi de commencer à en faire la critique. Lire la suite

Lettre au ministre

Un article de Martine Arpin

Vendredi 8h15. C’est le premier avril. J’annonce aux élèves que le ministre de l’Éducation a décidé qu’il est dorénavant interdit de faire des ateliers d’écriture dans la classe. Tout le reste, oui, mais pas d’écriture. Les élèves de première année sont trop petits et ont autre chose à faire. Lire la suite

Les médailles: texte d’opinion d’un élève

Un article d’Isabelle Robert

Voici à quoi peut ressembler un texte d’opinion en première année après les  premières leçons de l’unité. On sait que pour la première partie de l’unité, les élèves travaillent à partir d’une collection d’objets qu’ils ont apportés de la maison. Lire la suite

Des textes d’opinion? En première année? Vraiment?

Un article de Martine Arpin

Contrairement aux autres modules, je ne me suis pas lancée avec enthousiasme. Je ne l’ai pas aimé tout de suite celui-là… Les élèves arrivent avec leur collection, on en discute, on travaille à l’oral (ça, j’aime: on enrichit le vocabulaire, on réfléchit ensemble, l’oral est en contexte authentique). Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑