Un article de Marjorie Kuenzi

Vous est-il déjà arrivé d’avoir l’impression de demander à vos élèves de sauter du plongeoir de dix mètres alors qu’ils viennent juste d’apprendre à nager ?

Cela a régulièrement été mon cas quand je demandais aux élèves de produire un texte sur demande au début de chaque module d’écriture sans leur avoir encore enseigné quelque chose. En temps normal, j’essaie d’étayer au mieux et de proposer une progression, mais dans ce cas-là, j’avais l’impression de sauter une étape et de mettre certains élèves dans une position difficile et d’augmenter leur angoisse face à une tâche inconnue. De plus, durant la production de ce texte initial, je ne leur fournissais pas d’aide car cela devait refléter leur travail individuel sans aide extérieure, afin de pouvoir observer ce qu’ils savaient déjà faire et ce que je pourrais leur enseigner…

Cet été au Teachers College, j’ai enfin pu réfléchir à cela en recevant un enseignement sur l’immersion qu’il est possible d’effectuer avant de commencer un nouveau module.

Le but de l’immersion est de familiariser les élèves avec un nouveau genre de texte (narratif, informatif, argumentatif, poétique…) ou de rafraichir les connaissances acquises l’année précédente en proposant des lectures de textes modèles et une écriture partagée d’un texte avant de commencer le module.

La proposition d’immersion L’immersion pratiquée dans ma classe
1er jour 
-Lecture d’un texte modèle aux élèves.

-Création d’un texte partagé.

 

 

 

-Lecture du texte modèle Nous avons rendez-vous de Marie Dorléans .Capture d’écran 2019-09-08 à 08.08.38

-Création d’un texte partagé sur la venue d’une nouvelle élève dans la classe.

2e jour
-Lecture d’un autre texte modèle.

-Ajout d’étiquettes sur le texte créé en écriture partagée pour mettre en lumière les procédés littéraires utilisés.

 

 

 

 

 

 

-Lecture du texte modèle Mon frère et moi d’Yves Nadon.Capture d’écran 2019-09-08 à 08.08.11

-Ajout de post-its sur notre texte créé en écriture partagée pour situer les procédés littéraires utilisés.Capture d’écran 2019-09-08 à 08.28.42

3e jour
-Première leçon du module choisi.

-Le premier texte de chaque élève est gardé comme texte sur demande.

 

 

 

-Leçon n°1 du module S’inspirer des grands auteurs pour écrire des récits de Chenelière.

Capture d’écran 2019-09-08 à 08.07.49

Observations après ce premier essai d’immersion :

  • Les élèves replongent dans les ateliers en recevant un soutien qui les remet dans le bain.
  • Ils réactivent le vocabulaire utilisé l’année dernière et se remémorent des stratégies utilisées ainsi que des procédés littéraires.
  • Lors de l’écriture de leur premier texte, pas de souci apparent, ils plongent directement dans leur production.
  • Lors de la pause des étiquettes, des élèves ont relevé quelques manques ou informations erronées dans le texte, cela a été l’occasion de refaire directement une révision en ôtant ou en ajoutant des informations.

Questionnement encore en suspens :

  • Le premier atelier de 45 minutes n’a pas suffi à ce que les élèves puissent écrire leur premier texte en entier, ils ont encore beaucoup de choses à dire. Ma réflexion doit encore porter sur combien de temps leur laisser pour continuer ce premier texte et cela en dehors des ateliers ou lors des prochaines leçons.

 


Précision : pour en apprendre plus ou vous rafraichir la mémoire, la démarche d’écriture partagée est expliquée dans un article du blogue :

https://atelierecritureprimaire.com/2018/10/28/lecriture-partagee-et-lecriture-interactive-un-support-a-latelier-decriture-partie-1/