Recherche

Les ateliers d'écriture et de lecture au primaire

Inspiré de la démarche des Units of Study du TCRWP

Tag

immersion

Immersion avant de commencer un module d’écriture

Un article de Marjorie Kuenzi

Vous est-il déjà arrivé d’avoir l’impression de demander à vos élèves de sauter du plongeoir de dix mètres alors qu’ils viennent juste d’apprendre à nager ?

Cela a régulièrement été mon cas quand je demandais aux élèves de produire un texte sur demande au début de chaque module d’écriture sans leur avoir encore enseigné quelque chose. En temps normal, j’essaie d’étayer au mieux et de proposer une progression, mais dans ce cas-là, j’avais l’impression de sauter une étape et de mettre certains élèves dans une position difficile et d’augmenter leur angoisse face à une tâche inconnue. De plus, durant la production de ce texte initial, je ne leur fournissais pas d’aide car cela devait refléter leur travail individuel sans aide extérieure, afin de pouvoir observer ce qu’ils savaient déjà faire et ce que je pourrais leur enseigner… Lire la suite

L’atelier d’écriture : un cadre parfait pour les élèves dont la langue maternelle n’est pas le français

Un article de Diane Bernier-Ouellette et Martine Arpin

 

Martine travaille dans un milieu francophone assez homogène. Il y a quelques élèves allophones par classe, mais très peu. Ses rencontres avec des enseignants, conseillers pédagogiques, cadres scolaires et mentors pédagogiques en classes d’immersion et en milieu minoritaire, de la Nouvelle-Écosse au Manitoba, en passant par des écoles de la commissions scolaires Sir-Wilfrid-Laurier et Lester B. Pearson au Québec et des classes régulières qui accueillent plusieurs nouveaux arrivants dont le français n’est pas la langue maternelle, l’ont amenée à se questionner sur une réalité qui est tout autre que la sienne. Lire la suite

Et si l’atelier d’écriture s’enseignait dans les deux langues?

Une collaboration spéciale de Jade DaSilva-Byford et Fannie-Eve Prévost

 

Souvent, dans les écoles qui offrent un programme d’immersion, les enseignants d’anglais et de français ne travaillent pas sur les mêmes projets, les mêmes thèmes ou sur les mêmes genres de textes en même temps. Ainsi, l’enseignant de français peut travailler les textes narratifs, tandis que l’enseignant d’anglais, lui, travaille les textes informatifs… Pourquoi ne pas aligner les deux? Pourquoi ne pas permettre aux élèves d’expérimenter un genre de texte à la fois, et ce, dans les deux langues, en même temps? C’est le mandat que nous nous sommes donné dans notre classe, avec les ateliers d’écriture.

 

Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑