Recherche

L'atelier d'écriture au primaire

Inspiré de la démarche des Units of Study du TCRWP

Ce sera bientôt la dernière journée…

Un article de Martine Arpin

Ce sera bientôt la dernière journée de l’année scolaire. Ce sera la grande fête dans la cour de l’école:  barbe à papa, maïs soufflé, friandises glacées, jeux gonflables, maquillages, jeux d’eau… Quand je regarderai mes élèves courir partout, s’amuser, rire, je repenserai à la première journée d’école, le 31 août dernier. J’avais noté ceci:

Lire la suite

Retour sur notre année de lecteur

Un article de Marlyn Grant

 

Déjà juin, déjà la fin de l’année scolaire. C’est maintenant le temps de faire une rétrospective avec mes élèves sur notre année en tant que lecteur.

Retour sur nos lectures

Je vais commencer par discuter en grand groupe de nos différentes lectures de l’année (narratives, informatives, opinion, poésies). Lesquelles se rappellent ils? De quels auteurs se souviennent-ils ? On peut même faire une enquête. On peut noter les titres, faire des piles de livres (par exemple : par auteur, par genre, etc…). Ensuite, je vais cibler les mini-romans que je leur ai lus.  Je vais placer la dizaine de livres à chapitres  dans un bac et les présenter un à un aux élèves. Je vais en faire un court rappel, juste en montrant la page couverture et quelques images, afin de les aider à se souvenir. On en discute ensemble en grand groupe d’abord, et ensuite ils le font avec leur partenaire. Je laisse les livres à leur disposition, car ils pourront relire certaines parties.

On peut faire la même chose avec les livres que nous avons utilisés pour nos lectures à voix haute, nos lectures partagées, les bacs de table (livres abordant différents thèmes), les bacs d’auteurs, les bacs de livres nivelés, on sort un bac avec ces livres et on les revisite.

J’en profite pour poser quelques questions pour qu’ils  alimentent ou développent une conversation intéressante :

  • Que vous rappelez vous de ce livre ?
  • Pouvez-vous me donner un détail ou parler de quelque chose dont vous vous rappellez?
  • Quel est le personnage que vous avez aimé ou pas? Pourquoi?
  • Quelle est la leçon de vie que le personnage a appris?
  • À qui le relirais-tu ou à qui suggérerais-tu ce genre de livre ?
  • Qu’avons nous appris sur la vie dans ce livre ?

Suite à nos discussions et échanges, je vais leur demander de choisir trois des livres qu’ils ont préférés. Une fois leurs choix faits, ils pourront les mettre dans leur bac de livres personnels pour quelques jours. Ils pourront ainsi les feuilleter, relire certaines parties ou tout le livre. Évidemment, ils auront du temps pour en discuter avec leur partenaire.

Par la suite, ils pourront relire un de ces livres (en entier ou en parties) en chorale, en écho ou  en zig zag (une phrase ou une page chacun son tour).

Je vais aussi leur poser la question suivante :

Quels sont les livres que vous me suggériez de relire avec mes élèves de l’an prochain? Pourquoi?

On pourrait alors en faire un texte d’opinion, afin de réinvestir ce que nous avons appris sur ce genre littéraire cette année. Chacun pourrait écrire à propos du livre que les futurs élèves première année devraient absolument lire ou se faire lire. On pourrait agrafer le tout et en faire un livre collectif. On le lira ensemble et je pourrais le lire à mes prochains élèves.

 

Les mini-leçons

Au mois de juin, je n’enseigne plus autant de mini-leçon formelles ou tirées des modules de l’atelier de lecture. J’en profite pour créer des leçons qui permettent de discuter avec les élèves de notre année, de ce que nous avons appris, de notre évolution comme lecteur.

Comme ils auront déjà placé certains titres, parmi tous les livres déjà lus, dans leur bac de lecture, ils pourront y ajouter quelques nouveaux livres à leur pointure, tirés des paniers de livres nivelés. Quand viendra le temps d’échanger avec leur partenaire, ils pourront se questionner sur leurs choix livres, lire, discuter, convaincre, bref échanger. Après tout, c’est que j’ai tenté d’enseigner tout au long de cette année.

Pendant l’atelier de lecture, je reviens sur certaines leçons avec tout le groupe ou en petits groupes, tout dépend des besoins.

J’en profite pour travailler en petits groupes et en entretiens individuels certaines stratégies ou habiletés qui ne sont pas encore acquises ou utilisées. J’aimerais aussi qu’ils réfléchissent et qu’on discute de façon « engagée » de nos livres et de qui nous sommes devenus comme lecteurs cette année.

Je compte refaire cette super mini-leçon de maternelle (que j’ai faite en octobre) sur les lecteurs passionnés. Je les avais pris en photo en train de lire, je vais leur montrer les photos, ils vont se (re)voir engagés, et en lecteurs débutants. J’ai hâte d’entendre leurs commentaires.

  

Réaliser tout ce que nous avons appris et comment nous avons changé comme lecteur 

Une bonne façon de leur faire prendre conscience de leurs progrès, de tout ce qu’ils ont appris, est de bâtir avec eux un tableau d’ancrage comparatif sur une grande feuille.

Les élèves de maternelle … les futurs élèves de première année

En juin, à toutes les années, nous recevons les élèves de maternelle afin qu’ils visitent une classe de première année. Nous jumelons toujours un élève de première à un petit de maternelle. Mon élève à comme mission de faire visiter la classe, d’expliquer dans ses mots son fonctionnement. Je leur demande toujours de montrer leur dossier d’écriture et de lire un de leur texte. Ensuite, de montrer leur bac de livres. Ils expliquent ce que c’est, parlent de leurs livres et en  choisissent un qu’ils devront lire à leur visiteur. Ils se seront évidemment exercés pour en faire une lecture à voix haute intéressante en tenant compte, je l’espère, de tout ce que nous avons appris cette année.

 

Les futurs élèves de 2e année

À toutes les années, je m’assure de laisser des traces aux enseignants du niveau suivant. Dans leur bac de livres, chaque enfant a un petit cahier dans lequel j’ai pris des notes (ainsi que tous les intervenants en classe:  stagiaires, orthopédagogue, aide-enseignante,etc…) tout au long de l’année. Ce sont des notes sur de courts entretiens, sur leur niveau de lecture, sur ce que cet élève travaillait, les stratégies qu’il utilisait, ou au contraire celle qu’il devrait plus utiliser. C’est écrit de façon assez simple, j’ai noté la date et écrit quelques commentaires.

C’est plutôt informel, mais c’est une bonne source de renseignement pour le futur l’enseignant. Il m’arrive même de prêter les bacs de livres avec leurs livres dedans, ceux avec lesquels ils ont termine l’année, pour que l’élève puisse commencer l’année avec son bac de lecture.  Ça donne une bonne idée à l’enseignant de chaque élève comme lecteurs, autant son niveau de lecture, que de ses goûts. Et pour les élèves, lorsqu’ils reviennent en août, et qu’ils voient leurs anciens livres, ils sont contents, plus confiants.

 

Se faire des plans pour notre vie de lecteur

En fait, j’ai choisi ma façon d’enseigner parce que je veux faire une différence à long terme. Je voudrais que mes élèves, ces jeunes lecteurs, lisent tout l’été, toute leur vie, qu’ils restent motivés, engagés, intéressés, passionnés. Je sais que c’est beaucoup demander, mais bon, on peut bien espérer !!

Pour ce faire, je vais tenter de bâtir avec eux un plan de lecture pour cet été. Voici quelques idées :

– Discuter des moments propices de la journée qu’ils devront choisir pour lire, faire référence à notre horaire de classe versus leur horaire à la maison.

  • Des moments propices pour lire ( en voiture, dans des moments d’attente etc),
  • Leur proposer d’aller visiter la bibliothèque municipale
  • Leur dire que je me fais moi aussi une liste pour l’été, je leur montre, et je leur suggère d’en faire une.

L’important, c’est de mettre les parents dans le coup. Je prends donc le temps de leur écrire, de leur parler de notre plan. Je spécifie aux parents l’importance de lire pendant l’été, en mentionnant que plusieurs recherches abondent dans ce sens. Je leur parle aussi de tout le retard qu’un enfant peut prendre quand il ne lit pas, même les plus doués (le fameux « summer dropout »). Je leur offre la possibilité d’emprunter des livres avec leur enfant. Ils doivent me contacter, prendre rendez-vous, apporter un sac, et, avec leur enfant, faire le choix d’une dizaine de  livres. Ils me les rapporteront au début des classes.

 

Et tout cela, en espérant, que les élèves que j’ai côtoyés toute l’année aimeront lire, discuter et échanger à propos des livres tout au long de leur vie.

 


Référence : Collins, Kathy, Growing Reader’s, Steinhouse Publishers, 2009

Assurer que chaque élève ait droit à un enseignement exemplaire par le biais de l’accompagnement pédagogique

Un article de Diane Bernier-Ouellette

Tout le travail qui s’effectue présentement dans nos écoles en lien avec les ateliers d’écriture et de lecture entraine des discussions par rapport à l’accompagnement à offrir aux enseignants.

Certes, plusieurs enseignantes plongent d’elles-mêmes, trouvent des réponses, mais il reste que pour assurer que chaque enfant, de chaque classe, de chaque école ait droit à cet enseignement exemplaire, il est essentiel que les directeurs d’école et de commissions scolaires soient intentionnels dans leur approche et assurent l’appui, le temps et les ressources, ainsi qu’une communauté d’apprentissage et de pratique pour les enseignants. Cela doit devenir un engagement de toute l’école, idéalement de la commission scolaire. Lire la suite

Les partenaires de lecture

Un article de Marlyn Grant

Le travail en partenariat (ou en tandem) est la pierre angulaire de l’atelier de lecture. C’est une partie importante que l’on doit installer dès le début de l’année, car elle aidera les lecteurs à  progresser. On devra enseigner plusieurs leçons avant que cela ne soit profitable, les enseigner de façon très explicite, et pas juste en début d’année. Aussi, on doit instaurer un climat de classe propice à l’échange. Les élèves doivent être calmes. On veut que cette partie essentielle de l’atelier soit bénéfique à tous nos lecteurs. Lire la suite

La célébration des auteurs à l’Île-du-Prince-Édouard!

 

Un article de Diane Bernier-Ouellette

Dans les écoles françaises de ma province, c’est devenu une tradition : nous célébrons nos jeunes auteurs. La célébration des auteurs c’est un évènement annuel dans le cadre duquel tous les élèves de l’école se rassemblent afin de partager leurs progrès et leurs « meilleurs textes de l’année». Lire la suite

Les textes d’opinion

Un article de Martine Arpin

Il y a quelques semaines, des milliers d’étudiants s’unissaient dans les rues de Washington suite à la tuerie de Parkland en Floride. On a pu constater le désir et l’importance de se rassembler et de s’exprimer pour changer les choses. Entendre ces jeunes si articulés prendre la parole pour s’adresser aux dirigeants était touchant et impressionnant. Je débutais alors le module des textes d’opinion dans ma classe de première année et comprenait tout à coup l’importance de ce que j’enseignais aux élèves. Lire la suite

L’atelier de lecture, l’atelier d’écriture et ma vision

Un article d’Isabelle Robert

C’est dans un milieu défavorisé, mais riche en diversité, que j’enseigne à vingt élèves de première année. Ratio maximum.  Je pourrais dire que je compose avec plusieurs élèves ayant un TDAH, avec un élève ayant un trouble de l’opposition, avec des élèves ayant un trouble du langage, avec un élève anxieux,  avec des élèves qui ne parlent pas le français (ou à peu près pas), avec une élève qui a possiblement un trouble du spectre de l’autisme, avec des élèves qui évoluent bien et aussi avec des élèves plus forts. Je pourrais les nommer ainsi. Mais en réalité, je les nomme autrement. J’enseigne à Zachary, Jade, Jasmit, Maïka, Mia, Ludovyck, Nathan, Tatiana Paola, Serena Lindsey, Marcillia, Zackary, Henri, Louka, Médérik, Jake, Zackari, Laurence, Mia, Roselyne et  Shanie.

Lire la suite

L’atelier d’écriture : un cadre parfait pour les élèves dont la langue maternelle n’est pas le français

Un article de Diane Bernier-Ouellette et Martine Arpin

 

Martine travaille dans un milieu francophone assez homogène. Il y a quelques élèves allophones par classe, mais très peu. Ses rencontres avec des enseignants, conseillers pédagogiques, cadres scolaires et mentors pédagogiques en classes d’immersion et en milieu minoritaire, de la Nouvelle-Écosse au Manitoba, en passant par des écoles de la commissions scolaires Sir-Wilfrid-Laurier et Lester B. Pearson au Québec et des classes régulières qui accueillent plusieurs nouveaux arrivants dont le français n’est pas la langue maternelle, l’ont amenée à se questionner sur une réalité qui est tout autre que la sienne. Lire la suite

Notre table a de bonnes habitudes!

Un article d’Isabelle Robert

En début d’année, on a une vision de ce qu’on veut voir de la part de nos élèves lors de l’atelier d’écriture. On souhaite les voir s’impliquer au maximum lors de la période d’écriture alors on enseigne explicitement plusieurs habiletés et comportements afin que ce temps précieux de l’atelier soit le plus rentable possible. Ces attentes sont transférables d’un module à l’autre, bien sûr, mais parfois, en ce temps de l’année, il peut être profitable de se remémorer ceux-ci. Lire la suite

L’atelier d’écriture, les changements de pratique et le programme du préscolaire

  Un article de Martine Arpin

 

 

 

 

 

« Les relations entre les adultes et l’enfant ou entre les enfants eux-mêmes se vivent dans un climat favorable, accueillant et chaleureux. Tout adulte qui intervient auprès des enfants devrait témoigner d’une grande sensibilité à leur égard et être à l’écoute de leurs besoins. Lire la suite

La lecture partagée: un exemple de démarche

Un article de Marlyn Grant

La lecture partagée fait partie du modèle de littératie équilibrée. Elle vient en appui aux activités réalisées dans l’atelier de lecture.

Dans le cadre d’une lecture dite partagée, il y a une structure tout comme pour les mini-leçons des ateliers de lecture : réchauffement, et suivi de la lecture en chorale. On peut clore la lecture par une activité ou une extension du texte. Elle est d’une durée d’environ 15 minutes. Elle est destinée particulièrement aux élèves de maternelle et du premier cycle et trouve toute son efficacité à ces niveaux  puisqu’elle a pour but de modéliser les stratégies des décodage et de compréhension de base en lecture, mais rien n’empêche de la faire à d’autres niveaux ou avec des élèves avec des besoins particuliers. La lecture partagée se déroule sur une période de 4 à 5 jours. Lire la suite

Quand vient le temps de publier…

Un article d’Isabelle Robert

 

Souvent, nous avons des questions au sujet de la publication. « Est-ce que je dois passer après l’élève pour corriger les fautes qui restent? Est-ce que les élèves doivent réécrire au propre? Est-ce que je peux exposer des textes qui ne sont pas parfaits? Est-ce que je peux écrire les textes à l’ordinateur? Est-ce que les élèves peuvent les écrire à l’ordinateur? … » Pas toujours facile d’y répondre… Il y a certainement plusieurs éléments à considérer.

Tout d’abord, réfléchissons à cette étape du processus : la publication. Publier un texte veut dire le rendre public. Ici, la plupart du temps, l’attention sera portée sur un texte en particulier. La publication est considérée comme l’étape finale du texte (quoique des textes sont parfois réédités!).

Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑