Recherche

Les ateliers d'écriture et de lecture au primaire

Inspiré de la démarche des Units of Study du TCRWP

Catégorie

Non classé

Comment créer des partenariats puissants pour encourager la révision

Un article de Martine Arpin

« Ils n’utilisent pas les outils que je prépare. Pourtant, mes affiches sont vraiment belles. Toutes informatisées. De belles couleurs. Ils ont plusieurs d’outils dans leur dossier et ne les utilisent pas non plus. »

« Ils ne transfèrent pas ce qu’ils ont appris. »

« Je ne vois pas ce que j’enseigne dans leurs textes. »

« Pourquoi ne le font-ils pas ? Pourtant, je leur ai enseigné. Je n’arrête pas de le répéter… »

« J’ai l’impression qu’ils ne travaillent pas vraiment quand ils sont avec leur partenaire. »

« Je ne peux pas me cloner… comment mieux les soutenir ? »

Tous les enseignants sont un jour ou l’autre aux prises avec ces questions, ces constats. Lorsque ça m’arrive, j’essaie toujours de me rappeler un enseignement précieux d’Amanda Hartman : La première question que l’on doit se poser quand les élèves ne font pas ce qu’on pense qu’ils devraient faire, c’est : « Qu’est-ce que MOI je peux faire autrement pour qu’ils le fassent ? » Lire la suite

La jasette du livre: une composante qui supporte les ateliers de lecture et d’écriture

Un article de Marlyn Grant

J’aime aller visiter des classes. Je trouve que c’est l’un des meilleurs moyens pour apprendre et faire grandir les idées. Passer la journée dans l’environnement d’une autre enseignante avec qui je partage des affinités pédagogiques, m’imprégner du lieu, de l’ambiance, voir sa structure, ses façons de faire… Chaque fois, j’en ressors avec de bonnes idées pour améliorer ce que je fais. Dans les classes d’Annie et de Julie, j’ai eu la chance d’assister à la jasette du livre.  Ça a piqué ma curiosité et j’ai décidé de l’essayer.

C’est une activité sympathique, pas compliquée et enrichissante pour les lecteurs/auteurs, qui s’insère facilement dans une routine de classe. C’est une façon invitante de commencer la journée et de faire le transfert des apprentissages. C’est aussi une bonne occasion d’intégrer les compétences à réagir aux textes et à apprécier des œuvres littéraires.

Qu’est-ce que la jasette du livre ?

Ce sont des discussions entre les élèves qui sont peu dirigées, plutôt informelles, à propos des livres qu’ils lisent. Chaque jour, la structure reste la même, ce sont les propos qui changent. La discussion est soutenue à l’aide de tableaux d’ancrage et de rétroactions. Les élèves parlent entre eux des livres qu’ils ont lus la veille à la maison. Pour ma part, mes élèves apportent à la maison deux livres chaque soir. Ces livres sont de différents genres, nivelés ou non. Je leur enseigne explicitement comment on fait et comment on est pendant la jasette à l’aide de mini-leçons que je fais environ une fois par semaine. Ces leçons seront axées sur les différents sujets qu’on peut aborder avec nos copains et les comportements attendus. Depuis que j’ai commencé la jasette du livre dans ma classe, je trouve qu’ils savent maintenant comment discuter de livres de façon autonome. Ils ont un certain bagage, entre autres grâce à l’atelier de lecture et d’écriture et tout le travail fait avec les partenaires et les clubs de lecture.

Voici donc une façon originale et accessible de travailler l’oral en classe.

Ça s’adresse à qui ?

On peut faire la jasette du livre à tous les âges. Bien entendu, l’évolution de la discussion et la profondeur des propos varieront. Et imaginez un instant si tous les niveaux d’une même école le feraient, wow !!

 

Ça sert à quoi ?

La jasette du livre peut nous aider ou sert à développer différents aspects comme :

Développer le langage oral

Provoquer une discussion autour des livres

S’exprimer, échanger

Donner son opinion

Parler entre copains

Choisir de quoi l’on veut parler

Poser des questions

Formuler des réponses

Connaître plus de livres

Développer notre vocabulaire,

Utiliser le livre pour prouver nos propos

Faire le rappel de notre livre

Discuter avec plusieurs personnes, avec quelqu’un d’autre que leur partenaire

Connaître les goûts de ses copains

Développer leurs goûts personnels

Entendre parler de livres vers lesquels les élèves ne seraient pas nécessairement attirés

Etc.

La jasette du livre encourage la lecture à la maison, car les élèves sont redevables, ils devront parler de leur livre chaque matin et échanger avec un autre élève. J’explique aux parents ce qu’est la jasette du livre dans le plan de travail, ou à la rencontre de début d’année, et leur demande de discuter eux aussi avec leur enfant.

On fait ça comment et à quel moment ?

Habituellement, la jasette du livre est la première chose qu’on fait le matin en classe. Certaines classes accordent 5 minutes environ, chaque jour,  en demandant aux élèves de cibler un seul aspect de discussion parmi les choix qui s’offrent à eux. Cela évite aussi les dérives dans les discussions ou d’avoir à gérer des comportements. Quand on sait qu’on a peu de temps, on va droit au but et l’on n’a pas le temps de se désorganiser. Comme ils aiment bien la jasette, et qu’elle devient vite populaire, ils se dépêchent à se déshabiller et faire leur routine du matin. Ils sont disponibles, et comme ils ont lu leurs livres le soir avec leur parent, ils sont prêts à en discuter. Mes élèves apportent leur pochette de livres au coin rassemblement et s’installent à côté d’un copain, ils ont le choix des partenaires. Évidemment, on veut qu’il fasse seul les bons choix, et si cela leur a bien été enseigné (grâce à l’atelier d’écriture et de lecture),  vous n’interviendrez pas souvent. Par contre, j’insiste pour qu’on ne se place pas toujours avec la même personne tous les matins. Ils peuvent jaser à 2 ou à 3. Ma collègue leur demande de jaser à quatre. De cette façon, elle les prépare pour le club de lecture. Dans d’autres classes, ils sont à une table et discutent avec la personne près d’eux. Dans ma classe, ils peuvent jaser maximum 15 minutes, j’utilise la minuterie.

À quelle fréquence ?

En première année, je commence en janvier, environ 3 à 4 matins par semaine. Je les prépare à parler de leurs livres à partir du premier jour de classe, mais je commence la jasette du livre enseignée seulement après Noël. Je considère que j’ai eu du temps pour leur enseigner à parler de leurs livres. De plus, ils lisent beaucoup plus, et leurs livres sont plus intéressants pour la discussion. Dans les classes de 2e année que j’ai visitées, ou chez les plus grands, cette routine de la jasette du livre est instaurée dès le début de l’année. Les enseignantes remarquent des bénéfices lors des clubs de lecture ou quand, en écriture, les élèves doivent écrire des lettres d’opinion sur les livres qu’ils lisent. Ils ont déjà un bagage à l’oral tellement important pour faciliter le passage à l’écrit.

Quel est le rôle de l’enseignant pendant les discussions ?

Je prends le temps de les écouter parler, parfois je participe à la discussion, ou j’en repars une autre. À d’autres moments, je les aide à rester concentrés et je leur murmure parfois quoi dire à leur interlocuteur quand je sens qu’ils ne savent plus trop quoi dire ou quoi répondre. On peut discuter de la façon dont les conversations qu’ils ont pendant la jasette du livre les aident en tant que lecteur, dans l’atelier de lecture et d’écriture, dans le club de lecture, pour la lecture partagée et à voix haute. En entretien de lecture, on peut revenir sur des propos qu’on a entendus, aller plus loin avec un livre. J’apprends aussi à connaître mes élèves, leurs goûts, leur opinion. Je suis aussi responsable de varier les sujets de discussion selon le temps de l’année, le module en cours, les stratégies enseignées ou à enseigner…  Je décide aussi parfois de fournir à certaines équipes des versions réduites du tableau d’ancrage pour les guider. Je l’envoie aussi parfois aux parents pour leur donner des pistes d’accompagnement pour la lecture à la maison.

 

 

 

 

 

 

La dernière partie de la jasette

Je termine toujours la jasette du livre par quelques questions et échanges. Je les questionne, leur demande de quoi ont-ils parlé, ce qu’ils ont appris, etc. On discute ensemble, ils nous montrent leur livre, la page ou l’endroit de ce dont ils parlent. J’en profite pour revoir avec eux les différents sujets possibles lors de leur discussion et les invite à varier. Je les piste parfois pour le lendemain. Dans d’autres classes, la jasette se termine en choisissant le passage où le livre dont ils discuteront le lendemain, sans discussion supplémentaire. Cela dépend du choix de l’enseignant concernant le but de ce moment, du temps disponible et de différents facteurs. Un retour n’est pas toujours nécessaire si les élèves sont en discussion et l’enseignante participe aux échanges quotidiennement. Mais il peut aussi parfois être intéressant de souligner à voix haute les comportements d’échanges efficaces et productifs, autant que les discussions riches, ne serait-ce que pour encourager les élèves à continuer et à reproduire ces bons coups.

 

Petits trucs pour que ça fonctionne

 Être présent, participer, leur faire voir que ça vous intéresse.

Avoir un coin rassemblement, ou du moins cibler un endroit qui sera toujours le même

Insister pour changer chaque jour de question ou de sujet de discussion

Reprendre leurs propos, citer ce que vous avez entendu… ou ce que vous aimeriez entendre

Permettre aux élèves qui sont parfois seuls de relire leur livre, d’écouter les autres ou de se joindre à une équipe en place.

Mettre en évidence les tableaux d’ancrage

Au besoin, arrêter pendant quelque temps pendant l’année, et reprendre plus tard

La jasette du livre s’intègre bien dans un programme de littératie équilibré et à la routine de classe, elle fait partie du développement de la compétence à communiquer oralement. Elle soutient aussi toutes les facettes de la compétence à lire et à écrire. Encore une fois, nous voulons développer des lecteurs efficaces, engagés et qui adorent lire !!

 

Un système de classement des livres pour un environnement pédagogique centré sur la littératie

Un article de Marlyn Grant

Il y a quelques semaines, une enseignante en visite dans ma classe s’est exclamée, en entrant: « Oh! On dirait presque une bibliothèque! ». Au fil des ans, j’ai effectivement réussi à amasser une tonne de livres, car c’est ce qui est important pour moi dans mon enseignement. On dit que quand on entre dans une classe, on peut tout de suite voir ce qui compte pour l’enseignant (voir l’article Ce que nous disent les murs de la classe), eh bien pour moi, ce sont les livres.

Lire la suite

Le club de lecture

Un article de Marlyn Grant

Quel plaisir de partager avec vous ce que j’ai appris cet été sur les clubs de lecture. J’ai eu la chance d’assister à une formation avec Kathy Collins à ce sujet et j’ai lu son livre Reading for real (2007).

Même si mon expérience se situe surtout au niveau théorique, j’ai travaillé à la préparation d’un premier club de lecture avec ma collègue de 3e année et ensuite, je l’ai expérimenté avec ma classe. Lire la suite

L’écriture partagée et l’écriture interactive: un support à l’atelier d’écriture (partie 2)

Un article de Martine Arpin

L’écriture interactive

Lors des séances d’écriture interactive, d’une durée d’environ 10 à 15 minutes, on travaille plus particulièrement certains aspects techniques de l’écriture. Souvent, l’enseignant amène l’idée, voire les mots exacts à écrire, mais le crayon est partagé avec les élèves. Les élèves participent selon leurs compétences ou besoins. Un élève peut être le responsable des majuscules et de la ponctuation, un autre des espaces, certains peuvent écrire la première lettre d’un mot, un son à l’étude, une règle de grammaire précise. Lire la suite

Le mur de mots

Un article de Marlyn Grant

 

Y a-t-il un mur de mots dans votre classe?

À quoi ressemble-t-il?

De quelle longueur est-il?

Quel genre de mots? Pourquoi les avez-vous choisis? Comment avez-vous choisi vos mots?

Comment les enfants l’utilisent-ils?

À quelle fréquence y faites-vous référence?

Voilà plusieurs questions qui portent à réflexion…

Et voici quelques réponses …

Le mur de mots est un outil essentiel pour les jeunes auteurs et lecteurs qui vivent l’atelier d’écriture et de lecture. Il leur permet de connaître par cœur des mots fréquents qu’ils retrouveront dans leurs livres et qu’ils utiliseront dans leur texte.

Ça rend les textes plus faciles à lire et à écrire, c’est la même chose pour les livres, car ils arrivent à lire certains livres grâce à ces mots.

À quoi peut ressembler un mur de mots

Il existe plusieurs sortes de murs de mots. Les mots y sont souvent classés par ordre alphabétique, par thèmes ou par classes de mots, surtout chez les plus grands. Il y en a des colorés, certains qui prennent plus de place que d’autres. Il est idéalement situé dans un endroit central dans la classe, visible, dégagé et bien identifié.

Lire la suite

Des lecteurs pour la vie

un article de Martine Arpin

École Normale de Leuze-en-Hainaut, Belgique. Un vendredi matin d’octobre, 10h15.

Je suis attendue avec Yves Nadon pour rencontrer des étudiants en dernière année de Bac. Ils seront bientôt enseignants et nous allons parler écriture dans le cadre de l’un de leur cours. C’est le cinquième groupe que je rencontre en quatre jours. Quatre jours intenses et bien remplis: des étudiants, des enseignants, des professeurs, des éditeurs, des chercheurs. Je suis encore un peu  sous l’effet du décalage. J’ai déjà goûté les frites, les speculoos, les cuberdons et les chocolats, admiré La Grand-Place et la statue de Martine, écouté la légende du Manneken Pis, visité une librairie (la chouette Point Virgule de Namur) à la découverte d’auteurs et illustrateurs belges, visité le salon du livre jeunesse et rencontré avec plaisir Sophie, Élodie, Amandine, Jannique, Joseph, Marie-Luce, Christian, Angélique, Maude, Patricia et les autres : des enseignants et pédagogues extraordinaires et dynamiques. Avant-dernière rencontre, donc, de cette semaine riche en échanges et en découvertes. Lire la suite

La guerre des crayons

Un texte de Catherine Lapointe

Tu as crié que ne tu voulais pas écrire. Tu as marché la classe comme dans une prison. Tu cherchais à t’échapper. Je suis restée calme. En tout cas, de l’extérieur rien ne paraissait. “Cool as a cucumber” que je me répétais en imaginant Égide Royer habillé en coach de yoga, les deux doigts en forme de peace. J’ai presque senti l’encens et entendu les bols tibétains. Mais tu m’as ramené en hurlant: “Chicane-moi!!! Allez! Chicane-moi là!!!”. J’ai simplement dit que je voulais t’aider. “Je ne veux pas d’aide!!” Mais ça sonnait faux. Comme quand on répond machinalement  “oui” à quelqu’un qui demande “ça va?” quand on va tout croche. Lire la suite

Ok, j’ai fait faire à mes élèves un/deux/trois textes sur demande. Et maintenant, quoi?

Un article d’Anick Sirard

Capture d_écran 2018-09-08 à 21.34.47Et maintenant, quoi? C’est une excellente question! C’est en fait la question que l’on devrait toujours se poser, à chaque étape franchie, à chaque obstacle rencontré et surtout quand on pense être arrivé!

Dans un récent article, ma collègue Isabelle Robert décrit bien ce qui est entendu par « texte sur demande ». Récoltés d’abord en début d’année, ces textes sont des mines d’or d’informations pour nous aider à connaitre nos auteurs, leurs forces et aussi les besoins qu’ils ont et auxquels nous répondrons par un enseignement ciblé et des moments de rétroactions variés. Lire la suite

Utiliser les prénoms des élèves dans notre enseignement

Un article de Marlyn Grant

Une nouvelle année scolaire vient de débuter et, à la maternelle et au premier cycle, l’une des premières choses que l’on va se demander est: » Quelle sera la meilleure façon de commencer l’étude du nom et du son des lettres et l’étude des sons ? ».

Je commence habituellement par l’étude des prénoms de la classe. Il y a plusieurs raisons d’étudier les prénoms de chacun. Quand nous sommes nouveaux dans un groupe, il est réconfortant que les gens s’adressent à nous par notre prénom. On voudra donc que nos élèves se sentent accueillis et bienvenus dans la classe. Ça permettra aussi de créer et de développer le sens de la communauté et des liens entre les enfants. Il y a un aspect affectif fort dans l’utilisation des prénoms. Aussi, il est important d’attacher l’étude des lettres et des sons à quelque chose de concret que les élèves aiment : apprendre à lire et à écrire les prénoms de nos camarades de classe, ça représente quelque chose d’authentique donc intéressant et stimulant. Cela suscitera assurément l’engagement de tous. Lire la suite

Mon début d’année en lecture

Un article de Marlyn Grant

 

Voici comment je compte commencer l’enseignement de la lecture cette année dans ma classe. Un peu différemment de l’an passé, car j’ai appris de nouvelles choses et j’ai un nouveau groupe à considérer.

Première journée, premier livre : Faire le bon choix !

La première lecture est celle qui donnera le ton à l’année qui vient. C’est Lucy Calkins qui m’a fait réfléchir à l’importance de ce premier livre, celui qui amorcera le début d’une année en lecture. Choisir ce livre est souvent un défi pour moi. Je me questionne, je change d’idée et parfois, je me décide le matin même. Lire la suite

La lecture partagée: un exemple de démarche

Un article de Marlyn Grant

La lecture partagée fait partie du modèle de littératie équilibrée. Elle vient en appui aux activités réalisées dans l’atelier de lecture.

Dans le cadre d’une lecture dite partagée, il y a une structure tout comme pour les mini-leçons des ateliers de lecture : réchauffement, et suivi de la lecture en chorale. On peut clore la lecture par une activité ou une extension du texte. Elle est d’une durée d’environ 15 minutes. Elle est destinée particulièrement aux élèves de maternelle et du premier cycle et trouve toute son efficacité à ces niveaux  puisqu’elle a pour but de modéliser les stratégies des décodage et de compréhension de base en lecture, mais rien n’empêche de la faire à d’autres niveaux ou avec des élèves avec des besoins particuliers. La lecture partagée se déroule sur une période de 4 à 5 jours. Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑